The Walking Dead à Stranger Things, DPA Microphones au coeur de l’action

The Walking Dead et Stranger Things, séries à succès. Interview de Michael Clark, ingénieur du son et fervent utilisateur des microphones DPA.

Protéger la performance

Michael Clark a commencé à faire ses propres montages sons dès l’enfance jusqu’à éditer la bande de 1/4 pouce du poste radio de son collège pour supprimer les gros mots. Il a poursuivi dans cette voix pour se plonger pleinement dans le monde de l’enregistrement. Au cours de ses études, il a migré de sa passion pour l’enregistrement musical vers l’enregistrement cinématographique et la post-production. Ça a plutôt bien marché pour lui depuis puisqu’il travaille maintenant sur The Walking Dead et Stranger Things.

Michael Clark devant son setup d'enregistrement

Michael Clark devant son setup d’enregistrement

Aujourd’hui, il est l’un des meilleurs mixeurs son, avec à son actif le mixage de The Walking Dead, et la série populaire Netflix, Stranger Things.

Michael Clark a réussi à obtenir un stage dans une petite société de production appelée Whoa! Films à Atlanta. C’est là qu’il a vraiment commencé à développer son expérience dans l’enregistrement et la production. Il a été présenté à Michael Filosa, et il commença à vraiment approfondir son art.

“C’est à ce moment que j’ai commencé ma carrière sur de petits reportages”, explique Clark. “Pendant le temps passé avec Michael [Filosa], j’ai pu travailler sur de nombreux styles de projets de publicités, communication interne d’entreprise, clips musicaux. Puis ensuite des films indépendants et réalisé mon premier mixage pour la série télévisée Good Eats, sur Food Network. C’est sur ce projet que je suis tombé amoureux du cinéma et que j’ai commencé à affiner mes compétences en tant que mixer son de production.”

L’ingénieur du son, chef d’orchestre du plateau de tournage

“Être un mixeur son de production consiste à enregistrer les dialogues de la meilleure des façons. Mais il y a de nombreux métiers sur un plateau de tournage et nous devons prendre en compte les actions de chacun pour ne pas se marcher sur les pieds.”

“Comme pour l’enregistrement de musique, nous souhaitons capturer les dialogues dans un environnement aussi propre que possible. Dans une situation d’enregistrement en studio, nous avons de grandes facilités pour gérer ces soucis de pollution sonore. Mais dans le monde du film, certains événements sont imprévisibles, surtout sur The Walking Dead.”

Chaque département sur un plateau de tournage est au service de la caméra, donc le focus est sur l’image et sur le suivi des dialogues.

Scène de Tha Walking Dead

Scène de The Walking Dead

Trouver un compromis pour chaque métier

“Nous travaillons avec le département électrique pour placer les générateurs et les ballasts qui alimentent le plateau en énergie au meilleur endroit. Le département des accessoires pour choisir des vêtements ou des objets silencieux. Puis notre département caméra pour élaborer des lignes de cadre et des ombres permettant de placer des perches invisibles à l’image. Avec le département costume pour cacher les micros sur les acteurs et capturer les dialogues ne pouvant pas être correctement enregistrés à la perche.”

De plus, l’équipe de Clark est aussi la gardienne de la synchronisation des équipements sur un plateau de tournage. Il doivent maintenir la synchronisation avec les caméras utilisées et les enregistrements audio pour garder un workflow cohérent tout au long du projet.

“Nous devons aussi être en mesure de fournir un mix voix à l’équipe de production : réalisateurs, script, superviseurs et producteurs exécutifs”, Clark explique. “Maintenir des fréquences radio est également une préoccupation majeure, car nous vivons dans un monde sans fil, et nous employons parfois 25 à 30 systèmes HF simultanément, entre les microphones, sources audio, dispositifs de mise au point et transmissions vidéo par caméra. Nous devons gérer ces fréquences sur le plateau pour minimiser les interférences.

The Walking Dead

La conversation se tourne vers la série télévisée américaine, The Walking Dead, sur laquelle Clark a travaillé sur les sept dernières saisons.

“J’ai été en mesure de voir comment une émission de télévision affecte les gens et leur passion pour l’art du cinéma”, se souvient Clark, ajoutant que l’équipe se prépare à faire la saison neuf de The Walking Dead. “Nous avons régulièrement des fans qui campent sur nos barrages routiers, toute la journée et la nuit, juste pour apercevoir les stars de The Walking Dead. J’ai vu plus de 200 personnes attendre pendant 12 heures sous le soleil de Géorgie, sur l’asphalte, et scruter un bâtiment dans lequel nous étions en train de tourner !”. Chaque journée sur The Walking Dead se déroule généralement dans les bois, ou dans une pièce fixe. À certains moments, l’équipe s’enfonce profondément dans la Géorgie rurale, à une heure ou plus au sud d’Atlanta, selon l’endroit où se trouve le tournage.

Michael Clark et ses deux perchman Dennis Sanborn et Kevin Cerchiai sur le tournage de The Walking Dead

Michael Clark et ses deux perchmen Dennis Sanborn et Kevin Cerchiai sur le tournage de The Walking Dead

Composer entre perches et angles de caméra

“Après avoir assisté aux répétitions et compris le positionnement des caméras couvrant la scène, mon perchman, Kevin Cerchiai, et moi-même décomposons la scène et décidons comment enregistrer les dialogues de manière cohérente. Mon deuxième perchman, Dennis Sanborn, commence à poser les micros miniatures DPA sur les comédiens”, révèle Clark. “Nous utilisons toujours un ou deux microphones sur perche et utilisons les micros DPA sur les comédiens comme sécurité pour les plans larges par exemple. La partie la plus difficile de The Walking Dead est que nous tournons souvent avec trois caméras. Cela peut conduire à une marge de manœuvre trop petite pour ne pas faire entrer les perches dans le champ de la caméra. Nous travaillons ensemble avec notre directeur de la photographie pour obtenir des angles morts sur toutes les caméras. Dans le cas contraire nous utilisons nos micros sans fil.”

L’équipement HF

Nous demandons à Clark quel type de micros et de kit sans fil il choisit de déployer sur ses productions audio.

“J’ai découvert Lectrosonics lorsque j’ai commencé à travailler à Atlanta, avec Michael Filosa, car Lectrosonics était le chef de file de l’industrie du son à la télévision”, déclare M. Clark. “À cette époque, peu d’entreprises investissaient dans l’audio à la télévision. Lectrosonics écoutait les mixeurs et ajustait leurs appareils pour gérer les interférences RF inhérentes à l’enregistrement des sons. Il existe aujourd’hui de nombreux fabricants de transmetteurs sans fil de haute qualité, mais Lectrosonics demeure la référence dans notre secteur.”

Clark utilise les émetteurs Lectrosonics 16-SM, SMQV et SSM sur The Walking Dead : “Il sont utilisés tous les jours car leur conception robuste a fait ses preuves sur le long terme. Je dois rarement retourner un émetteur au service après-vente pour le faire réparer. Et dans le monde trépidant de la production sonore à la télévision, je ne peux pas me permettre un échec. Avoir un outil de travail et une qualité sonore constante garantit de toujours capturer le meilleur son.”

Les micros DPA

Pour les micros de proximité sur les comédiens, Clark ne jure que par DPA Microphones. “Les micros DPA offrent des caractéristiques sonores exceptionnelles …”. “Mon kit comprend les modèles DPA d:screet™ 4060, 4061, 4061 Core, 4071, 4098 et 4080. Chaque microphone a ses propres caractéristiques, et l’utilisation dépend de la voix et / ou de l’action de l’acteur”, dit-il.

“Je vais utiliser le DPA d:screet™ 4060 sur des acteurs qui parlent doucement, car le microphone a une sensibilité plus élevée que les autres modèles et capte ces voix à faible volume sans ajouter de bruit de fond au signal. Lorsque nous cachons les microphones sous les costumes, nous changeons l’empreinte sonore des voix. Je trouve que pour les hommes, la plupart des voix sonnent mieux avec le DPA d:screet™ 4071 quand ils sont cachés sous les costumes. J’utilise généralement les DPA 4061 sur les actrices quand ils sont cachés, car leur signature vocale a tendance à avoir des fréquences plus élevées.”

Microphones DPA d:screet 4060, 4061, 4071, 4098

Microphones DPA d:screet™ 4060, 4061, 4071, 4098

“J’adore utiliser les séries DPA d:screet™ 4061/4071 et Core sur The Walking Dead, car les dialogues sont parfois très dynamiques, et ces microphones DPA supportent des SPL bien supérieurs à ceux que j’avais utilisés auparavant. Ce sont de grands atouts pour ce style de production télévisuelle. J’utilise les DPA d:screet™ 4098/4080 dans les véhicules. Ils sont compacts et se fixent directement sur les émetteurs hf, et constituent d’excellents outils pour les petits espaces. En plus d’une sélection de micros de perche, tout ce kit est connecté sans fil via les transmetteurs Lectrosonics couplés au Sound Devices MM-1. C’est grâce à qualité du préampli micro, avec un réglage de gain approprié, que nous pouvons éviter les limiteurs dans les émetteurs”.

Le mixage

Cette année, Clark s’est équipé de surfaces de contrôle. Après avoir tenu bon pendant de nombreuses années avec son mixeur analogique Cooper Sound Systems 106 + 1. “J’ai pris en considération les avantages qu’offrait le mixage numérique mais finalement, je n’étais pas prêt à sacrifier le contact avec un équipement analogique au profit du tactile.”, explique-t-il.

“Avoir un accès direct aux fonctionnalités d’une tranche de console pour chaque canal était la clé de mon style de mixage. Je dois avoir un accès instantané à la fonction que je recherche. La demande en audio de qualité de la production télévisée ne cesse d’augmenter. Le nombre d’acteurs sur le marché est en constante augmentation. Par conséquent, à mesure que ces demandes augmentent, les besoins en enregistreurs et en mélangeurs augmentent également.”

“Au cours des six dernières saisons, j’ai utilisé mon mélangeur Cooper à sept canaux et ajouté une surface de contrôle Mix-8 pour des entrées et des contrôles supplémentaires. Cette année, j’ai ajouté la surface de contrôle Zaxcom Deva 24 et Mix-16. Cette combinaison m’a permis de supprimer totalement un second sac contenant les systèmes sans fil, et je peux maintenant répondre aux exigences de production avec 16 entrées et contrôles analogiques disponibles.”

Setup d'enregistrement et surface de contrôle Zaxcom Mix-16

Setup d’enregistrement et surface de contrôle Zaxcom Mix-16

Avoir des prises de son les plus propres possibles

Est-ce la peine de demander quels sont les plus gros défis de ce métier ? “[Sourires] Notre plus grande préoccupation sur les productions cinématographiques est le bruit : le bruit ambiant, le bruit des costumes, le bruit des accessoires, le bruit des équipements”, répond Clark. “Avec les grosses productions, il y a plus de monde, de logistique, d’équipement et donc de pollution sonore. Cependant, cela permet aussi d’avoir une équipe expérimentée. “Les outils que nous pouvons utiliser pour répondre à ces préoccupations proviennent des relations personnelles que nous établissons avec les membres de l’équipe et du maintien d’un dialogue ouvert entre les départements. Une équipe expérimentée nous aide énormément, car beaucoup d’entre nous comprennent les préoccupations de chaque coeur de métier et sont capables de se considérer mutuellement et de travailler en conséquence.”

“Placer des générateurs à une distance raisonnable pour tout le monde, de choisir des accessoires et des costumes non bruyants, et de placer des effets spéciaux de manière logique. Même avec une équipe soudée et un dialogue ouvert, il y aura toujours des problèmes incontrôlables. Comme les préoccupations environnementales telles que les avions, la circulation, les trains, l’entretien des pelouses, les unités de climatisation et autres bruits quotidiens que nous considérons comme naturels.”

«Pour cela, nous devons compter sur les qualités sonores de nos microphones pour rejeter autant de bruits que possible.”

“Nous travaillons aux maximum avec les acteurs pour limiter les bruits pendant les dialogues car ils viennent souvent des accessoires. Avec des acteurs expérimentés, nous constatons qu’ils ont tendance à se corriger avant même d’avoir à dire quoi que ce soit.”

Rester naturel

“Chaque spectacle contient des souvenirs qui dureront toute une vie. Le fait qu’il puisse aider à créer des performances qui touchent le cœur et suscitent des émotions presque tous les jours, est quelque chose de fantastique.”

“J’ai la chance de pouvoir faire l’expérience de ces moments deux fois : une fois lorsque nous les tournons, et encore des mois plus tard avec le reste du monde”, dit-il. “Et les moments les plus mémorables étaient en fait ceux avant The Walking Dead et Stranger Things – dans un documentaire intitulé Feasting on Asphalt. Pendant que nous travaillions  avec Alton Brown sur ce voyage culinaire, nous avons traversé latéralement les États-Unis de Savannah, en Géorgie, à Los Angeles, en Californie. Nous goutions à la nourriture disponible dans toutes les régions. J’ai pu voir le paysage américain comme je ne l’ai jamais fait auparavant, via les routes secondaires et sans autoroutes. Nous avons développé des liens très forts avec notre équipe que nous conserverons probablement toute notre vie. Et cela a enflammé ma passion pour la photographie.”

Casting The Walking Dead

Casting The Walking Dead

L’expérience humaine

Bien qu’il y ait quelque chose de très spécial pour nous en octobre, Clark n’est pas encore en mesure de divulguer des informations. Avant de le quitter, cependant, nous nous demandions quelle est la partie la plus satisfaisante de son travail.

“En fait, il y a plusieurs points : d’abord, je change d’endroit presque tous les jours. Je ne suis pas coincé dans un bureau entre quatre murs.”

“Deuxièmement, nous créons des histoires qui seront racontées aux générations à venir – et cet impact est puissant. Les enfants de mes enfants auront l’occasion de voir quelque chose que j’ai aidé à créer. Cela créera une connexion générationnelle qui ne peut être rompue.”

“Troisièmement, nous capturons des performances dans lesquelles quelqu’un déverse son énergie et son cœur. Quand les comédiens reviennent, en nous remerciant de ne pas les avoir forcés à recréer leurs performances en studio, à cause de problèmes techniques ou de pannes d’équipement, c’est de loin l’aspect le plus gratifiant de mon travail, le travail à son plus haut niveau. Et c’est le véritable cœur de notre travail… protéger la performance !

Partager cet article